Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 11:38
Magnanville : 9 décembre 2015
Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 15:25

laïcité républicaine ou régime concordataire ?

 

 

Notre Premier Ministre est un grand laïque devant l’Éternel. Ses coups de menton ont achevé de nous en convaincre. Ne souhaite-t-il pas, en effet, « un Islam de France, laïque et républicain » ? Qu’est-ce à dire ? L’État doit-il s’immiscer dans les affaires religieuses et prendre l’initiative d’ouvrir des édifices du culte ? Et la loi de 1905 de Séparation des Églises et de l’État qu’en fait-on ?

C’est simple : on remplace le principe de « laïcité » (neutralité de l’État, non-ingérence de celui-ci dans la gestion des cultes et non-immixtion des Églises dans le fonctionnement de la société civile) par celui de « concordat » qui consacre la reconnaissance officielle de diverses religions dans les affaires publiques. Si l’État s’implique dans l’organisation et le fonctionnement des religions, si c’est lui qui décide de l’ouverture des lieux de culte, comment pourrait-il refuser qu’en retour les Eglises interviennent effectivement dans les décisions concernant l’ensemble de la société ? C’est ce qu’on appelle le cléricalisme que les Libres Penseurs et l’ensemble des laïques authentiques de ce pays combattent depuis toujours.

En application de ces orientations du pouvoir, le préfet des Yvelines et le sous-préfet de Mantes-la-Jolie, représentants de l’État, veulent contraindre la Communauté d’Agglomération de Mantes-en- Yvelines de vendre un bâtiment public (ex-trésorerie) à une association cultuelle afin d’ouvrir, à Mantes-la-Ville, une mosquée en remplacement de celle de Mantes Sud, boulevard Salengro, inadaptée et ne répondant pas aux normes règlementaires.

En s’engageant dans cette voie, les pseudo-laïques et vrais concordataires qui nous dirigent risquent d’avoir du pain sur la planche pour que l’équité soit respectée entre toutes les religions et conceptions philosophiques. Il leur faudra ordonner la construction d’une église catholique à Magnanville, seule commune française de plus de 5 000 habitants qui en soit dépourvue. Il leur faudra ordonner la construction, à Mantes-la-Ville, d’une « Salle du Royaume » pour les Témoins de Jéhovah très à l’étroit dans leur local des Merisiers. Il leur faudra ordonner la construction d’un temple évangélique à Mantes-la-Ville en remplacement de l’actuel local commercial tout-à-fait inapproprié. Un édifice religieux s’impose aussi pour les Mormons de Mantes-la-Jolie aujourd’hui contraints de se déplacer jusqu’au Chesnay. Pour les protestants luthériens de Mantes-la-Jolie qui prient avec leurs concurrents de l’Église Réformée calviniste, on pourrait ordonner la réouverture du temple du hameau de Senneville à Guerville. Bien entendu, il ne faudra oublier ni une synagogue juive, ni une pagode bouddhiste… ni un temple pour chacune des cinq obédiences différentes de Francs-Maçons se bousculant actuellement dans l’exigü local de l’avenue Franklin Roosevelt.

Les réticences de la population de Mantes-la-Ville à la transformation de l’ex-trésorerie en édifice religieux sont réelles. Le montage juridique et politique, la proximité d’une échéance électorale et la localisation ont alimenté ces réticences durant la dernière campagne électorale municipale et participé à l’élection d’un maire d’extrême-droite dans une commune historiquement ancrée à gauche. L’équipe municipale actuelle, nous ne l’ignorons pas, suit une orientation xénophobe et raciste anti-musulmane, celle de ces faux laïques et vrais ségrégationnistes que sont les dirigeants du Front National. N’élargissons pas le boulevard dans lequel l’extrême-droite s’est engouffrée, en permettant qu’elle se fasse un lifting et se pare d’une peau de lapin de défense des libertés démocratiques communales et des principes républicains, en complète opposition à son essence même, celle de la discrimination entre les communautés. Un récent bulletin municipal mantevillois, qui s’apparente davantage à un bulletin paroissial de cathos intégristes, est révélateur de la supercherie de la politique d’extrême-droite de l’équipe Nauth. Le Front National est aujourd’hui expert en manipulation et retournement de sens de termes et de concepts – la patrie, le peuple, la laïcité, le social… - qu’il s’approprie de façon éhontée en contradiction totale avec son orientation fondamentale : le nationalisme chauvin, la haine de l’étranger, le refus du vivre ensemble, c’est-à-dire l’exact opposé de la laïcité et le poison à l’origine des pires malheurs du 20ème siècle.

L’État à un devoir de neutralité. La loi de séparation des Églises et de l’État ne l’autorise pas à imposer la construction d’un édifice religieux, qu’il s’agisse d’un temple, d’une cathédrale ou d’une mosquée. Le progrès, la paix civile, le vivre ensemble, les libertés démocratiques communales sont assurés par notre république laïque que l’on ne doit pas transformer en régime concordataire.

 

Patrick LEFOULON, ancien premier adjoint au Maire de Mantes-la-Ville.

Denis PELLETIER, ancien président de l’Association Des Libres Penseurs de France.

André SYLVESTRE, ancien Conseiller Général du canton de Mantes-la-Ville.

 

Repost 0
Published by ALPY - dans Laïcité
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 18:30

 

L'ALPY a envoyé, le 16 mars 2015, une lettre au maire de la Municipalité de Mantes-la-Ville. Nous reproduisons ci-dessous sa teneur.

 

 

Monsieur le Maire,

 

Nous avons été doublement surpris¸ d’abord par la publication de la genèse de Pâques dans le Bulletin municipal officiel de votre commune¸ ensuite par la radiation de la section de la ligue des droits de l’homme (LDH).

 

Durant votre campagne électorale des dernières élections municipales vous n’avez eu de cesse de vous ériger en défenseur de la laïcité et de condamner les ingérences de l’ancien maire dans les affaires religieuses.

 

Hier vous vous présentiez comme le défenseur intransigeant de la laïcité. Aujourd’hui vous faites la « promotion « de la religion catholique dans la dernière édition du bulletin municipal, avec la fête chrétienne de Pâques. Vous reprenez à votre compte le prosélytisme classique de l’Église catholique sur la célébration «de la résurrection du Christ» et du «passage de la mort à la vie par l’amour». Le propos de cet article sur «le symbole de rémission pour les êtres humains» constitue un véritable prêche en faveur de la foi chrétienne digne d’un prêtre en chair. Vous vous permettez même d’illustrer vos propos d’une œuvre picturale intitulée « La Résurrection».

 

Cette allégorie du christianisme et ce discours de propagande religieuse n’ont pas lieu d’être dans l’organe officiel d’une collectivité publique. Le principe de séparation des cultes et des pouvoirs publics inscrit dans la loi de 1905 doit être respecté. Le bulletin municipal de Mantes la Ville ne doit pas se transformer en bulletin paroissial.

 

Vous ignorez que parmi celles et ceux qui vous ont élu il y a certes des chrétiens, mais aussi des musulmans, des boudhistes, des juifs…. et aussi des athées, des agnostiques. Allez-vous communiquer également en direction des autres religions ?

 

Vous avez par ailleurs purement et simplement « expulsé » la section locale de la ligue des droits de l’homme, de leur local associatif et supprimé la subvention qui leur était accordée par les municipalités précédentes.

 

La ligue des droits de l’homme s’appuie sur les « Déclarations des droits de l’homme de 1789 et de 1793, sur la Déclaration universelle de 1948 et la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme ».

 

Vous vous présentez, Monsieur le Maire, comme en fervent défenseur de la démocratie. Vous avez été élus par des mantevilloises et mantevillois de tout bord, de toute religion confondue.

 

Est-ce respectez la démocratie que de faire du prosélytisme pour une religion bien particulière ? Est-ce respectez la démocratie que de rayer d’un trait de plume une association dont le seul défaut est défendre les hommes et les femmes ?

Le Président : Jack Bouëtel

Repost 0
Published by ALPY - dans Laïcité
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 10:09

conference.jpg

Repost 0
Published by ALPY - dans Laïcité
commenter cet article
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 14:45

 

PL--page-1bis.jpg

Repost 0
Published by ALPY - dans Laïcité
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 14:09
Afin de célébrer l'anniversaire de la loi
sur la séparation des églises et de l'Etat,
l 'Association des Libres Penseurs des Yvelines ( A.L.P.Y.) 
se rendra samedi 6 décembre, à 11heures 
au cimetière de Mantes le Ville,
sur la tombe d'Augustin Serre.
______________________
 
L'après midi de 16h à 18h se tiendra
le 50è café laïque sur le thème : La Laïcité, posture ou opinion ?
Rendez vous comme d'habitude au café Saint Laurent, rue Conrad Killian, à Mantes la Jolie.

 
Autodidacte, Augustin Serre n’aura de cesse de promouvoir l’éducation populaire et la laïcité. Ces convictions guideront ses différents engagements en faveur de ses concitoyens. C’est ainsi qu’il sera l’un des initiateurs des cours pour adultes organisés à Mantes-la-Ville à partir des années 1868. En effet, si, par la suite de l’application de la loi Guizot de 1833, obligeant chaque commune à entretenir une école publique, la scolarité des enfants commence à se généraliser, les adultes à cette période sont encore nombreux à n’être que peu, voire pas du tout, alphabétisés.
À partir de 1878, Serre, dit "Mathieu", participe en tant que franc-maçon à la loge maçonnique "Liberté par le Travail" de Mantes. Les activités de cette loge sont notamment tournées vers la promotion de l’instruction laïque et l’aide à la constitution de bibliothèques scolaires. Serre considère que l’instruction est le seul remède aux maux de l’humanité, à savoir "la misère et le fanatisme".
Fonctionnant à partir d’un idéal de fraternité, les sociétés de secours mutuelles sont en quelques sorte les ancêtres de nos mutuelles actuelles.
Fidèle à ses convictions laïques et républicaines, Augustin Serre tentera de promouvoir de son mieux la généralisation de l’instruction publique laïque à Mantes-la-Ville. Dès le1er janvier 1879, l’instruction devient gratuite dans l’école publique communale de garçons. Cette école était tenue dans des locaux qui, même pour les critères du xixe siècle, étaient insalubres. Il devenait urgent de chercher à construire une nouvelle école. Durant toute l’élaboration du projet qui devait mener à la construction de la mairie-école, Augustin Serre insistera pour que soit établies deux écoles, l’une de garçons et l’autre de filles, à cette époque où la mixité scolaire n’était pas de mise en France. Il faut se rappeler qu’avant les lois Jules Ferry de 1881, la scolarité des filles était souvent négligée : lorsque les filles étaient scolarisées, elles étaient le plus souvent confiées à des religieuses qui s’évertuaient essentiellement à en faire de bonnes ménagères que des esprits éclairés.
Le 3 décembre 1881, le conseil municipal se prononce en faveur de la proposition Serre et du projet d’école de garçons et de filles, à l’exemption d’une voix : celle de M. Brochant de Villiers, qui voit dans cette école publique une concurrence directe pour l’école de filles fondée par sa famille en 1829. Tenue par des sœurs de Saint-André, cette école était jusque là la seule école de filles de Mantes-la-Ville. Elle accueillait les fillettes gratuitement et a tenu lieu d’école publique jusqu’à la construction de la mairie-école. La première pierre de la mairie-école sera posée le 14 juillet 1884. À la rentrée 1886, les bâtiments neufs accueilleront leurs élèves garçons et filles, chacune des deux écoles ayant une entrée distincte, sur deux rues différentes.
Lors de l’affaire Dreyfus, Augustin Serre se prononça fermement en faveur du capitaine Alfred Dreyfus. En outre, Augustin Serre sera le fondateur de la "Libre Pensée mantaise", "association populaire de recherche philosophique et d’action sociale", dont il posera les bases le 30 août 1883. Les membres de cette association militeront en faveur de la laïcité et pour la séparation de l’église et de l’état (celle-ci n’aura lieu qu’en 1905).
Toujours dans un souci d’éducation populaire, Augustin Serre organisa plusieurs conférences dont l’une fit venir Louise Michel à Mantes en 1886 : 600 personnes étaient venues l’écouter.
Homme de convictions, Augustin Serre, ou plutôt "Mathieu", comme tout le monde l’appelait, consacra sa vie entière à la défense de ses idéaux. Il ne se maria jamais et n’eut pas d’enfants. Il aimait raconter des histoires aux petits Mantevillois, qui pour aller le voir, n’hésitaient pas à désobéir à leurs parents. En effet ceux-ci ne voyaient pas toujours d’un très bon œil ce vieil original, et défendaient à leurs enfants de fréquenter le vieux "Mathieu les puces". Augustin Napoléon Serre finit sa vie dans la misère
Il mourut le 3 juillet 1899 à "l’hôpital-hospice des vieillards et enfants indigents", rue du faubourg Saint Lazare (actuel boulevard Duhamel à Mantes-la-Jolie).
Un an après son décès, ses amis de la Libre Pensée lui érigèrent un monument funéraire. Celui-ci est toujours visible au cimetière de Mantes-la-Ville, on peut y lire cette épitaphe : « Libre Pensée. A. Serre dit Mathieu 1836-1899. Par souscription publique pour services rendus à la démocratie ».
Repost 0
Published by ALPY - dans Laïcité
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 19:20

On aura tout vu ! Après les téléphones portables, les cartables, voici maintenant l'histoire d'un maire qui s'arrange avec le curé de la paroisse pour bénir son équipe municipale ! Non, non, vous ne rêvez pas !

Le président de l'Association des Libres Penseurs des Yvelines, Jack Bouetel nous a transmis cette lettre:

"Bonjour à chacune et chacun

Ce message est différent de ceux que vous avez l'habitude de recevoir de moi, pourtant il me parait important de vous informer d’un évènement qui me touche particulièrement et peut peut-être également vous toucher.

 En effet, je ne fais certes pas état quotidiennement de ma foi au sein de notre équipe comme de la mairie, pourtant je suis loin de la cacher. J’ai donc souhaité, en accord avec Olivier de Rubercy, curé de la paroisse de Gargenville, que ce dernier puisse préparer une bénédiction de mon équipe municipale.

 Cette cérémonie aura lieu le samedi 29 novembre à 11 heures en l’Église Saint-Martin de Gargenville et je vous invite à y participer si cela vous correspond peu ou prou, vous y êtes en tous les cas tous conviés.

 Ce message reste une information : il n’est pas nécessaire de me dire que vous serez ou pas présent(e). Ne vous sentez pas obligé non plus, je veux rester strictement dans le respect de vos convictions quelles qu’elles soient et je vous assure qu'aucune polémique ne pourra jamais survenir à ce propos.

 Bien cordialement

 Jean Lemaire. "

 

Cette affaire se situe à Gargenville et voici tous les élus de cette ville, représentants de la République (...ici...) conviés par le Maire, à transgresser les lois notamment celle du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat!

Les croyances de Monsieur Lemaire sont de l'ordre du privé. En tant que Maire, il n'a pas à inviter son "équipe municipale" en tant que telle, à subir ses désirs de croyant.

Même s'il les laisse libre d'assister ou non. 

La laïcité est en grand danger, quand de toute part des élus font fi de la loi de 1905 ! 

                                        Martine Bosdeveix

 

Repost 0
Published by Martine Bosdeveix et Jack Bouetel - dans Laïcité
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 12:33

 

Il y a six ans, un tsunami rose avait submergé la France. Aujourd’hui il est bleu, et bleu très foncé. Les Yvelines n’ont pas échappé à la déferlante. La barre a été  « à droite toute ». Parmi les 23 communes de plus de 3 500 habitants dont le maire était étiqueté à gauche, 11 ont basculé : Achères, Bois d'Arcy, Carrières-sous-Poissy, Conflans-Sainte-Honorine, les Essarts-le-Roi, Mantes-la-Ville, Maurepas, Meulan, Poissy, Rosny-sur-Seine et Vernouillet. Seule Saint-Arnoult-en-Yvelines a choisi le chemin inverse. Le tsunami s’est abattu avec force sur le Mantois. La lointaine banlieue rouge de l’après-guerre a changé de couleur, puisque la sous-préfecture de l'arrondissement ne classe plus « à gauche » que les maires de 6 communes, dont Limay et Magnanville qui ont bien résisté.

 

Mais là où le bât blesse le plus, c'est, bien entendu, Mantes-la-Ville qui a basculé FN. Les Libres Penseurs sont abattus en se rappelant que ce chef-lieu de canton a eu pour élu Augustin Serre, qui y est enterré sous une pierre tombale rappelant son athéisme et son combat pour la démocratie. C'est lui le fondateur, en 1883, de la Libre Pensée mantaise. C'est lui qui fut à l'origine de l'implantation de la mairie et du groupe scolaire, pour garçons et filles. Plusieurs années avant l'adoption des lois de Jules Ferry, il a contribué à créer dans cette ville – comme ce fut aussi le cas à Limay à la même époque – un enseignement public, gratuit et laïque, au grand dam des « bonnes » sœurs et des cléricaux. Lui, l'artisan maçon autodidacte, fut aussi à l'origine de plusieurs réalisations péri-scolaires (sou de l'école, cours pour adultes...), si bien que, sur notre proposition, une précédente municipalité a donné son nom au centre socio-culturel des Merisiers.

 

Comment ne pas éprouver à la fois rage et tristesse quand on sait que cette ville sera maintenant dirigée par un maire dont la deuxième de liste est une catho intégriste affichée ? Pour succéder à Augustin Serre, cet homme du peuple dévoué aux plus démunis et mort lui-même dans la misère, on voit arriver à la mairie un affidé de la fille du milliardaire habile héritier des ciments Lambert. Comment ne pas être inquiet quand on sait que la culture, l'éducation, la vie associative, c'est-à-dire l'intelligence et la démocratie, sont toujours les cibles privilégiées et les premières victimes de ces populistes dont le parti, qui a l'outrecuidance de se dire patriote et même laïque, est l'héritier direct du courant clérical, xénophobe, antisémite, raciste qui fut à l'oeuvre dans les heures sombres de la collaboration ? Comment ne pas être effondré en constatant que, sur les deux listes battues d'un cheveu par la celle de la discrimination, figurent les noms d'une dizaine d'élus qui ont voté l'attribution du nom du laïque et libre penseur Augustin Serre au centre socio-culturel et ont participé à son inauguration en février 2004... et que figure même le nom de celle qui fut physiquement agressée par Jean-Marie Le Pen ?

 

Pourtant nombre d’entre nous entendaient ce bruit de bottes. Ils avaient perçu ce véritable glas de la démocratie. Mais sans trop y croire vraiment. Le peuple a parlé. Les élu(e)s l’ont-ils entendu ? Vont-ils être à l’écoute de celles et ceux qui souffrent au quotidien, de celles et ceux qui dorment dans la rue, de celles et ceux qui, pour survivre, doivent faire appel à la générosité publique ? Les riches sont de plus en plus nombreux et de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres. La municipalité FN mantevilloise augmentera-t-elle les subventions à l'antenne locale du Secours Populaire ?

 

L'élection de la honte mantevilloise ne doit pas faire penser que la devise de la France « Liberté, égalité, fraternité » serait passée de mode et que l’article 1er des droits de l’homme et du citoyen (Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune) aurait été oublié. Les libres penseuses et libres penseurs feront face, unis, pour défendre ces principes essentiels.

 

Jack BOUETEL, président de l'A.L.P.Y

Denis PELLETIER, président de l'ADLPF.

 

.

Repost 0
Published by Bouetel-Pelletier - dans Laïcité
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 18:05

 

Nous avons le plaisir de publier cet article paru aujourd'hui sur le site de RTL.fr. L'expérience Baby-Loup ferait-elle tâche d'huile ?

 

"Laïcité :

Une entreprise privée adopte une charte interdisant le port de signes religieux

 

L'entreprise privée Paprec a adopté une "charte de la laïcité" interdisant le port de signes religieux, une première en France selon son PDG.

Pour son PDG, c'est un acte "militant" et une première en France. L'entreprise de recyclage Paprec a adopté, avec le soutien de ses 4.000 employés, une "charte de la laïcité" qui interdit notamment le port de signes religieux. Le groupe privé basé en Seine-Saint-Denis (région parisienne), régulièrement salué comme un modèle en terme de diversité et de promotion sociale, notamment d'employés d'origine étrangère, va officialiser mardi 11 février l'entrée en vigueur d'un texte de huit articles dans son règlement intérieur.

 

"J'applique le modèle qui prévaut dans la sphère publique et je l'applique à l'entreprise. J'applique le modèle de la République", a déclaré le patron de Paprec, Jean-Luc Petithuguenin. Si l'essentiel du contenu de cette "charte" ne fait que rappeler des principes en vigueur du droit français, il reprend le "devoir de neutralité" religieuse ayant cours dans la sphère publique et prévoit aussi que "le port de signes ou tenues par lesquels les collaborateurs manifestent ostensiblement une appartenance religieuse n'est pas autorisé".

 

Un acte "militant" après la controverse Baby-Loup

"S'il s'agit de reconnaître que c'est militant, la réponse est oui", assume Jean-Luc Petithuguenin. "On compte défendre notre point de vue, défendre qu'on l'a voté tous ensemble. Mais effectivement on prend le risque que les tribunaux nous disent 'vous avez tort'", a-t-il reconnu. Au terme d'un processus de quatre mois, l'ensemble des comités d'entreprise et des délégués du personnel de Paprec, de même que tous les employés n'ayant ni CE ni délégué, a approuvé le texte.

 

"Je suis prêt à endosser ce risque et j'espère pour mon pays que je ne serai pas condamné, qu'on verra une évolution et que le législateur fera peut-être bouger les lignes", a dit Jean-Luc Petithuguenin, qui rappelle par ailleurs son combat anti-discrimination dans une entreprise qui réunit 52 nationalités. "Il est bien connu que je suis un militant antiraciste, pas un militant d'extrême droite", a-t-il souligné.

 

Contrairement au secteur public soumis à une laïcité stricte depuis une loi de 2010, le fait religieux dans une entreprise privée est soumis à des lignes plus floues. Le débat sur ce point avait été relancé par l'annulation en mars, par la Cour de cassation, du licenciement d'une salariée voilée de la crèche privée Baby-Loup, à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines). Fait rare, la cour d'appel de renvoi a ensuite confirmé ce licenciement."

La Rédaction de RTL.fr

Repost 0
Published by ALPY - dans Laïcité
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 13:54

 

Conf.25.01.2014

 

 

Repost 0
Published by ALPY - dans Laïcité
commenter cet article

  • : Le blog de ALPY
  • Le blog de ALPY
  • : Association des Libres Penseurs des Yvelines (ALPY)
  • Contact